Concours hippiques : guide sur le grand prix d’Amérique

Remporter le Grand Prix d’Amérique est le rêve de la plupart des grands entraîneurs de trotteurs. Il en va de même pour les jockeys, car cette épreuve réunit la plus belle présentation des meilleurs trotteurs du monde, notamment les chevaux français. Les amateurs de courses de chevaux peuvent profiter de cette course hippique pendant une durée d’environ deux minutes et demie.

Le Grand Prix d’Amérique : le rendez-vous des légendes !

Toute l’année, le monde des courses se pare de ses plus beaux atours à l’occasion du Grand Prix d’Amérique, le dernier dimanche de janvier. En effet, entouré de cinq épreuves différentes, ce concours hippique dédié aux insurpassables chevaux de trot du monde entier présente le meilleur plateau de trot d’Europe. Il n’est pas si facile de se rendre aux Amériques, car le voyage est long et fatigant, alors que les chevaux viennent du monde entier, notamment des États-Unis. La première étape est déjà difficile, car les concurrents du grand prix d’Amérique sont obligés de voler sur la main gauche. Ensuite, il passe sur le devant de l’œil de la boîte photoélectrique, afin de pouvoir repérer instantanément le peloton. Avant d’être lâchés sur le circuit, les pilotes n’ont que quelques secondes pour se positionner et atteindre cette ligne imaginaire. Cliquez sur le grand prix d'amérique, pour suivre de près l’actualité du concours hippique.

Les courses de chevaux, la deuxième difficulté sur la piste !

Pour les chevaux, ainsi que pour leur cavalier, le profil de la piste sur laquelle se déroule le concours hippique du Grand Prix d’Amérique est déjà une épreuve unique au monde. Le passage mesure aux alentours de 2 km. D’abord, avant d’affronter une montée qui peut couper les jambes des plus courageux, les chevaux passent par une longue descente. Les trotteurs devront franchir 1200 mètres jusqu’à l’arrivée sur cette zone stratégique de la course hippique. Et c’est sur cette piste que les concurrents doivent montrer leur professionnalisme et leur personnalité. Même pour les chevaux qui s’entraînent tout le temps, le parcours devient une épreuve difficile car le but est de se démarquer et d’aller jusqu’au bout. Parmi les hyper chevaux qui ont marqué l’histoire du Grand Prix d’Amérique on retrouve Tenor de Baune, Varenne, Bold Eagle, Ready Cash, Ourasi… on dit que c’est la légende des cracks. Les capacités des trotteurs français s’illustrent et suscitent l’estime autant que l’admiration des amateurs de courses hippiques.

Les concours hippiques, des chevaux au talent particulier et qui résistent !

Autre, mais de la même catégorie d’épreuve que le Saut Hermès et le Grand Prix de Diane. Les cracks qui adhèrent à la liste des participants au Grand Prix d’Amérique sont des chevaux qui ont des aptitudes hors du commun. D’ailleurs, la plupart d’entre eux ont pu résister et recevoir plusieurs fois le trophée du concours hippique d’Amérique. Il faut citer Roquépine, Sea Bird II qui a remporté trois fois le Grand Prix d’Amérique, et d’autres concurrents comme Hadol du Vivier, Upsalin, Masina qui n’ont perdu qu’une fois. De plus, l’un de ces artistes des courses de chevaux en Amérique est le conducteur Jean-René Gougeon. Sachez qu’il a remporté le prix d’Amérique huit fois, de Roquépine à Ourasi, il était le meilleur durant toute la période de 1966 à 1988. Le concours hippique du Grand Prix d’Amérique est un événement sanglant. La raison en est que la plupart des chevaux de grande renommée n’ont pu approcher le succès que de très près. Citons notamment dans tout cela, la sœur du célèbre Ourasi, Vouracie, Ultra Ducal ou encore un de Mai. Il s’agissait peut-être d’une malchance, mais ils ont raté leur coup de très peu.

Pourquoi torréfier les graines ?
Location de structure gonflable à Nantes