Comment bien choisir un terrain à bâtir ?

terrain à bâtir

Lorsque l’on projette de construire une maison, la première étape consiste toujours à chercher un terrain. En effet, avant de commencer les travaux, il faut déjà savoir où la construire. La recherche d’un terrain n’est pas une chose à prendre à la légère. En effet, c’est sur ce choix que repose toute la fiabilité de votre maison. Pour vous aider à choisir, sachez qu’il y a certains critères à prendre en compte. Alors, quels sont ces fameux critères de choix de terrain ?

L’emplacement du terrain, bien connaître ses préférences

Le premier critère à prendre en compte au moment de choisir un terrain pour bâtir sa maison est la localisation. Il s’agit certainement du critère le plus évident. Il faut prendre en compte toutes les petites spécificités du terrain qui vous plaisent, mais aussi celles qui vous déplaisent. Parmi elles, on peut prendre par exemple la vue, le voisinage, et bien d’autres. Vous l’aurez compris, au moment de trancher sur ces critères, tout dépendra de vos préférences personnelles. Dans le cas où vous êtes à la recherche d’un terrain à vendre, rendez-vous sur ce lien. En plus de l’emplacement du terrain à bâtir, il faut aussi savoir si vous comptez opter pour un terrain isolé ou en lotissement. Il faut savoir que chaque catégorie de terrain a ses avantages et ses inconvénients. Dans le premier cas, c’est-à-dire pour un terrain isolé, il s’agit d’un terrain qui ne vient d’aucune division foncière. Cela signifie qu’il s’agit d’une parcelle de terrain unique et indivisible. Le problème de ces terrains est qu’ils ne sont pas viabilisés. Cela signifie qu’il faudra donc penser au coût de l’introduction de l’eau, du gaz et de l’électricité si vous souhaitez y construire. Dans le second cas, on parle des terrains en lotissement. Il s’agit de terrains divisés en plusieurs parcelles destinés à la construction de maisons. Cependant, prendre un terrain en lotissement vous obligera à vivre avec plusieurs voisins.

La typologie et l’orientation, contrôler l’exposition aux éléments

Le deuxième critère qu’il ne faut pas négliger lorsque l’on cherche un terrain où construire est sa topologie et son orientation. Il s’agit de critères non négligeables dans le choix d’un terrain à bâtir. En effet, ces deux critères influent sur le paysage et sur votre exposition aux éléments. À titre d’exemple, un terrain en cuvette vous apportera une meilleure protection contre les vents, mais vous aurez peut-être moins de soleil que sur un terrain tout plat. Cette notion d’exposition aux éléments joue un grand rôle dans le confort des résidents de la maison. C’est la raison pour laquelle il ne faut surtout négliger ces critères au moment de choisir le terrain que vous allez acheter. Par ailleurs, l’exposition aux intempéries et aux aléas climatiques vont vous permettre d’agir sur votre consommation d’énergie pour la maison. Enfin, faites attention à la présence ou non de végétation ou non autour de la surface constructible. Cette dernière joue un rôle important dans la régulation des températures et dans l’absorption des précipitations. Cela permettra de minimiser les dégâts possibles pour votre maison pendant les saisons de pluie.

Les obligations juridiques comprises avec le terrain à bâtir

Le troisième critère à garder en tête lors du choix du terrain pour la construction de votre maison est l’ensemble des obligations juridiques. En effet, acquérir un terrain implique le respect de diverses normes en matière d’urbanisme. Ces règles peuvent contenir des restrictions qui pourraient contrecarrer vos projets de construction. Un exemple de restriction qui peut vous être appliquée est la servitude de passage. Cela consiste à laisser une distance entre votre propriété et celle voisine. Cette servitude a pour but de ne pas empêcher vos voisins d’accéder à la voie publique. Pour éviter les mauvaises surprises, il est important de se procurer un certificat d’urbanisme auprès de la mairie lorsqu’un terrain à vendre vous intéresse. Ce certificat vous informera sur toutes les règles d’urbanisme à respecter, ainsi que la faisabilité d’un projet.

École de stylisme : les meilleures formations en France
Indica et sativa : quelles différences ?